michelle parmi nous

Pas moins de dix mille personnes - jeunes étudiants,  gens du milieu des affaires, sans compter tout le gratin politique montréalais - sont venues voir et entendre l’ex-première dame des États-Unis jaser éducation et leadership féminin au Palais des Congrès hier, dans la série des leaders internationaux Bell organisée par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM).

D’emblée, se trouver de quelconques points communs avec Michelle Obama apparaît comme un exercice des plus laborieux. Défenseure passionnée de tout ce qui touche l'éducation, la santé et l'émancipation des femmes, oratrice extraordinaire qui avait galvanisé les troupes lors de la convention nationale démocrate en 2016 à Philadelphie, diplômée en droit de Princeton et de Harvard, icône auprès des fashionistas de partout dans le monde, Michelle Obama porte tous les chapeaux avec grâce, intelligence et authenticité. Et pourtant, et c’est là où réside son talent, elle réussit tout de même à passer pour l’une d’entre nous. Une femme comme les autres, une mère, une sœur, une épouse, une étudiante, une professionnelle, qui a dû faire sa place, dompté ses doutes et ses peurs, croire en ses chances et travaillé sa confiance en soi. Car, selon elle, tout part de là.

michelle parmi nous

girl power et transformation 

Son discours n’est pourtant pas nouveau. Go les filles, croyez en vous-même, vous êtes bonnes, belles, fines et capables, tous ces préceptes phares de l’empowerment féminin, on les a entendus d’autres bouches que la sienne, qu’il s’agisse d’Oprah Winfrey, d’Ivanka Trump et même de Sophie Grégoire Trudeau, aussi présente à la soirée pour donner une allocution de bienvenue. Malgré tous les efforts des influenceurs et des organisations qui soutiennent la cause des femmes, l’égalité hommes femmes est loin d’être acquise. 
Le monde du travail canadien n’échappe pas à la triste réalité. En vrac, quelques statistiques : 

  • selon les plus récentes données de Statistique Canada, les Canadiennes gagnent 87 cents de l'heure pour chaque dollar gagné par les hommes; 

  • dans l’univers des technologies, seulement 5% des entreprises ont des femmes chefs de la direction et 53% des entreprises n'ont pas de femmes cadres; 

  • en 1987, seulement 20 pour cent des personnes travaillant dans les champs STEM étaient des femmes, un chiffre qui n'a atteint que 22 pour cent aujourd'hui;

  • les femmes ne représentent que 21,6% des membres du conseil d'administration selon le classement Financial Post 500. 

Selon madame Obama, la solution ne réside pas dans les politiques, dans les beaux discours ou dans les formules creuses et gnangnan. C’est bien ce qu’a révélé au grand jour un mouvement comme #moiaussi : le changement ne peut venir que du terrain, d’hommes et de femmes qui se confrontent à eux-mêmes, à leurs préjugés, aux modèles appris, à leur histoire personnelle et qui osent remettre en question le statu quo. « Est-ce que les hommes sont prêts à ajouter des sièges à la table, ou même à céder le leur, pour faire de la place aux femmes? », « Jusqu’à quel point les femmes sont-elles prêtes à se battre et à parler plus fort pour réclamer la place qui leur est dûe », a demandé, les yeux rivés vers la salle, Michelle Obama. 

Voilà qui donne à réfléchir. Car si l’on ne peut se cacher derrière des pensées rassurantes comme c’est la faute des autres, c’est la job du gouvernement, ou bof, c’est trop compliqué, on devient responsable, complice d’une situation qui perdure. Mais il existe une autre avenue, celle qu’a choisie l’ex-première dame, celle de devenir un agent de changement. C’est moi parmi les autres. C’est Michelle parmi nous. 

A propos de l'auteur

Marie-Noëlle Morency - Directrice des communications

Depuis que je suis petite, j'aime lire et raconter des histoires. Je me sens privilégiée de pouvoir aujourd'hui le faire encore dans mon travail en communications chez Randstad Canada : trouver, créer et raconter des histoires qui informent, des histoires qui émeuvent, des histoires qui font réfléchir.

retour à la page précédente

Commentaires

Aucun commentaire n'est publié

Ecrivez un commentaire

  1.  
commenter