50 % des jeunes travailleurs choisiraient une carrière en STGM

D'après le plus récent sondage Workmonitor de Randstad Canada, 75 pour cent des Canadiens qui possèdent un emploi s'attendent à ce que leur entreprise affiche cette année un rendement financier supérieur à 2015, alors que 63 pour cent croient que la situation économique au Canada ira en s'améliorant en 2016.

« Malgré notre économie qui tourne au ralenti, les Canadiens croient dans notre capacité de rebondir rapidement, » affirme Marc-Étienne Julien, chef de la direction de Randstad Canada. « Les Canadiens sont d'éternels optimistes et, compte tenu du faible rebondissement de notre dollar au cours du premier trimestre et des dépenses que le gouvernement a promises dans certains des secteurs les plus durement touchés, nous avons raison de croire que nous terminerons l'année 2016 sur une note plus brillante qu'en 2015. »

Par ailleurs, les Canadiens plus jeunes semblent avoir davantage confiance en l'avenir que leurs homologues plus âgés :

  • 68 pour cent des travailleurs canadiens de 18 à 24 ans considèrent que la situation économique au Canada ira en s'améliorant en 2016, comparativement à 58 pour cent des gens de 45 à 67 ans.
  • Les travailleurs de 18 à 24 ans croient qu’ils bénéficieront d'une hausse de leur rémunération cette année : 53 pour cent d'entre eux s'attendent à recevoir une rétribution financière ou un boni en fin d'année comparativement à 36 pour cent seulement des travailleurs de 45 à 67 ans;
  • 70 pour cent d'entre eux s'attendent à recevoir une augmentation de salaire en fin d'année comparativement à 55 pour cent seulement des travailleurs de 46 à 67 ans.

carrière en STGM

besoin de profils STGM

Les Canadiens de tout âge sont d’accord : leur employeur parvient difficilement à trouver les talents dont l’entreprise a besoin (54 pour cent). Aussi, 40 pour cent des répondants croient que leur employeur a de plus en plus besoin de profils de STGM (science, technologie, ingénierie et mathématiques). Plus de la moitié des répondants (55 %) considèrent que leur employeur devrait investir davantage dans le développement des compétences numériques.

Cela n'est vraiment pas étonnant, puisque les employeurs canadiens sont nombreux à affirmer avoir peine à recruter et à maintenir en poste leurs employés de talent dans le domaine des hautes technologies qui connaissent une évolution rapide. De leur côté, les jeunes travailleurs canadiens croient qu'un plus grand nombre d'étudiants devraient prioriser une carrière dans les STGM et que, s'ils avaient 18 ans, ils choisiraient une carrière dans ce domaine (67 % et 54 % respectivement, comparativement à 77 % et 65 % respectivement pour les travailleurs de 45 à 67 ans).  

« Notre recherche révèle que les disciplines  favorites des jeunes Canadiens à l'école sont les sciences, les mathématiques et les technologies, mais cela ne se traduit pas par une main-d'œuvre technique hautement qualifiée, » souligne monsieur Julien. « Il y a un manque à combler et c'est à nous tous qu'incombe la responsabilité de combler l’écart de compétences que connaît notre pays. »

ce type de sujet vous appelle ? abonnez-vous à notre infolettre pour en lire plus à chaque semaine.

m'abonner maintenant