l'évolution de l'éthique au travail : de norma rae au piratage d'entreprise

Lorsque nous pensons à l'éthique au travail, nous imaginons un ensemble de règles, un code qui régit les activités d'une organisation, un comportement axé sur la concurrence, l'industrie, les clients, les fournisseurs de services et les employés. Nous ne parlons pas simplement d'une liste interminable de choses qu'il est légal de faire ou de ne pas faire, mais plutôt d'une interprétation plus profonde qui détermine les fondations mêmes qui encadrent notre comportement et qui définissent la façon de prendre les décisions et les critères de ces décisions, incluant des éléments, comme la moralité, l'intégrité, la confiance, la compassion, le respect et la responsabilité sociale - ces facteurs qui, en plus de caractériser la marque d'une organisation, la définissent.

éthique de travail

partager votre opinion avec votre porte-monnaie

Pensez aux sociétés avec lesquelles vous faites des affaires. Feriez-vous des achats dans un magasin dont vous savez qu'il n'a aucune éthique? L'honneur, la responsabilité et la confiance sont les critères qui orientent notre choix d'entreprises avec lesquelles nous faisons des affaires. En tant que consommateurs, nous laissons notre argent parler à notre place. Au travail, le rendement et le comportement des employés répondent à un comportement contraire à l'éthique de la part d'un cadre supérieur. Si un patron adopte un comportement à proscrire, le climat moral tout entier de l'organisation peut changer. Les employés peuvent non seulement perdre tout respect pour la direction, mais également pour l'ensemble de l'organisation. Ils deviennent désillusionnés et mécontents face à une culture d'entreprise non constante ou qui contrevient à leurs valeurs personnelles et leur conscience morale. La plupart du temps, ils se mettent à la recherche d'un autre emploi.

bref historique de l'éthique au travail

L'éthique n'a pas toujours eu sa place au sein des organisations. Dans l'ancien temps, c'était la responsabilité des religieux et des institutions sociales, ces mêmes endroits où la population était mise au courant des problèmes touchant le travail des enfants, l'équité salariale et les conditions de travail difficiles. Les mouvements de travailleurs ont évolué pour devenir des stratégies politiques et économiques, comme le Fair Deal du Président Truman dans les années 1950, qui concernait les droits civils, le revenu équitable et la responsabilité sociale. Dans les années 1960, on a vu l'individu faire sa place de manière tumultueuse dans son lieu de travail, alors que les valeurs culturelles ont connu une évolution dramatique. La décennie a permis de redéfinir les enjeux sociaux et la conduite comportementale, alors que les employeurs ont réagi en adoptant des codes de conduite au sein de leurs organisations. Dans les années 1970 et 1980, on a assisté à une augmentation des tensions entre les employeurs et les employés, alors que les employés sont devenus de plus en plus motivés par les valeurs et que la collaboration est devenue la norme. Dans les années 1990, les organisations dont les pratiques commerciales comprenaient des décisions pauvres et cavalières en ce qui concerne l'éthique portant sur les normes des produits - telles les entreprises dans les domaines du tabac, de la fabrication alimentaire, du pétrole et du gaz naturel - ont été convoquées publiquement dans nos tribunaux. La société a officiellement déclaré que l'éthique en affaires allait accompagner les organisations au 21e siècle et que les organisations allaient faire dès lors l'objet d'un examen minutieux.

l'éthique au travail dans la société moderne

Depuis le tournant du siècle, l'éthique au travail dépend de la popularité des communications électroniques et des médias sociaux. Les dilemmes de nature éthique touchant la question des inconduites financières, la cybercriminalité et la protection des renseignements personnels ne font qu’augmenter, tout comme la lutte visant à définir et à gérer l'éthique dans un milieu de travail caractérisé de plus en plus par la diversité sociale, culturelle et sexuelle, par des changements dans les méthodes de travail, ainsi que par la dépendance à l'égard des appareils mobiles pour la conduite des affaires.

La fuite des données dont le site Web Ashley Madison a fait l'objet l'an dernier a mené à la divulgation non seulement des adresses de courriel de millions d'utilisateurs, mais également de plusieurs utilisateurs inscrits sur ce site à partir d'un compte de courriel de leur entreprise - une technologie qui appartient à leurs employeurs. « Parmi les domaines de courriel professionnel divulgués lors du piratage du site Ashley Madison, certains appartenaient à des employés du secteur public canadien au niveau fédéral, provincial et municipal, incluant le ministère de la Justice et l'Agence de revenu du Canada, ainsi que des membres de la GRC, des Forces armées canadiennes et au moins un député. Aux États-Unis, les adresses de courriel touchées par cette fuite appartenaient à des entreprises du Fortune 500, comme Microsoft Corp., Cisco Systems Inc., Apple Inc. et Bank of America, ainsi qu'à des employés du gouvernement américain. » Cela nous apprend qu'aucune organisation - qu'elle soit publique ou privée - n'est immunisée, tant et aussi longtemps qu'elle est exploitée par des humains. Cela nous révèle également que, dans bien des cas, la distinction entre la vie professionnelle et la vie privée est pratiquement inexistante. Peut-être s'agit-il d'une conséquence toute naturelle lorsqu'on s'attend à ce qu'un employé soit disponible en tout temps grâce aux technologies modernes. Les employeurs se voient obligés de définir des normes en matière d'éthique et de traiter des problèmes complexes comme ceux-ci. Ainsi, la clarté, les communications, la responsabilisation et la transparence sont la clé lorsqu'il s'agit de créer un lieu de travail basé sur une éthique saine.

tracer une ligne dans le sable en matière d'éthique

Créer un environnement où les employés sentent qu'ils peuvent signaler sans danger tout comportement contraire à l'éthique dans l'anonymat le plus complet. Offrir une formation sur l'éthique à tous les niveaux de l'organisation. Ainsi, tout le monde sait ce que tout le monde sait. Assurez-vous de vous occuper rapidement et comme il se doit de quiconque contrevient au code d'éthique de votre société. Au besoin, 'congédiez-les ouvertement' afin que tous vos employés sachent qu'un tel comportement n'est pas toléré et que votre organisation ne se contente pas de lancer des paroles en l'air face à de tels cas.

L'éthique au travail repose sur la mise en place de valeurs de base qui donnent lieu à une culture d'intégrité et de respect, et ce, tant sur le plan interne que sur le plan externe. Tout comme l'eau, l'éthique se répand à partir des dirigeants qui prêchent par l'exemple pour ainsi rejoindre tous les niveaux de l'organisation. Les organisations qui connaissent le plus de succès comprennent que l'éthique au travail représente la pierre angulaire des profits, de la longévité, de l'engagement et de la détermination des employés.

vous aimeriez en lire plus sur ce que nos experts pensent du marché actuel du travail au canada ? 

abonnez-vous à notre infolettre !