12 conditions négociables à part votre salaire de base

La négociation fait partie du processus de recherche de l’emploi idéal. Trop de gens acceptent simplement la première offre d’un employeur, sans même penser à présenter une contre-offre. Parfois, le candidat ne réalise pas qu’il pourrait négocier. Faites-nous confiance, la négociation fait presque toujours partie de l’équation, surtout en ce qui concerne les avantages non salariaux ! D’autres fois, c’est la peur de négocier qui l’emporte. Le candidat craint que l’offre d’emploi ne disparaisse s’il s’avère trop exigeant. Sauf qu’en réalité, lorsqu’on vous fait une offre, vous avez la possibilité d’en négocier les conditions. L’entreprise vous a proposé une offre car elle souhaite vous embaucher. Trouver un candidat qualifié n’est pas chose facile. Alors l’employeur a tout intérêt à faire un bout de chemin pour vous inciter à accepter son offre.

Considérer la rémunération dans son ensemble est essentiel lors de la négociation d’une offre d’emploi. Souvent, les gens se concentrent sur le salaire, mais bien d’autres éléments sont négociables. Si l’employeur refuse de vous accorder un salaire annuel plus élevé, il pourrait bonifier d’autres éléments de votre contrat de travail. Voici 12 autres conditions négociables à part le salaire de base :

12 conditions négociables à part votre salaire de base

évaluez le montant de votre salaire de base

essayer notre calculateur de salaire

1. les journées de vacances

Tout le monde rêve de journées de vacances supplémentaires, non ? Alors, n’hésitez pas à les demander lorsque vous négociez vos conditions d’emploi. Au Canada, les travailleurs ont droit à 2 semaines de vacances par défaut. Certaines entreprises proposent davantage pour attirer les travailleurs. Une banque de 3 ou 4 semaines n’est pas rare dans de nombreuses industries. Certains accordent même des vacances « illimitées ». On vous souhaite cependant bonne chance pour les obtenir. Assurez-vous que votre demande est raisonnable et conforme à votre expérience et votre ancienneté.

2. un horaire flexible

Les entreprises sont plus que jamais disposées à offrir aux employés des horaires de travail flexibles. Si vous avez des engagements familiaux ou valorisez un bon équilibre travail-vie personnelle, demandez à votre employeur de vous laisser une plus grande latitude. La possibilité de définir votre propre horaire tout en maintenant un certain nombre d’heures de travail est une option courante. Vous aimeriez peut-être pouvoir partir plus tôt certains jours pour aller chercher vos enfants ou vous entraîner. Ou peut-être préféreriez-vous dormir plus longtemps le matin quitte à travailler un peu plus tard le soir. L’horaire flexible s’adapte à vos besoins.

3. la prime de signature

Le talent est en forte demande. Au Canada, le taux de chômage est au plus bas depuis un long moment. La compétition pour attirer et fidéliser les grands talents est donc élevée. Il n’est pas rare pour les entreprises dans certains secteurs, et pour les postes très demandés, d’offrir une prime de signature. Informez-vous à ce sujet. Si c’est le cas, l’employeur pourrait vous accorder ce plaisir s’il n’est pas disposé à augmenter votre salaire annuel.

4. un taux de commission plus élevé

Travaillez-vous dans la vente ou dans une industrie fondée sur la performance ? Pensez à demander un pourcentage de commission plus élevé. Vous pourrez ainsi tirer profit de vos compétences, tout comme votre employeur, car ce supplément ne vous sera versé que si vous réussissez. Si vous êtes confiants en vos capacités et à l’aise avec un salaire qui varie d’un mois à l’autre, une commission plus élevée pourrait faire gonfler votre revenu jusqu’au niveau souhaité. Mieux vous réussissez, plus vous gagnez d’argent.

5. une contrepartie équivalant à vos cotisations d’épargne-retraite

Une offre d’emploi peut présenter des avantages intéressants maintenant et plus tard. Pensez à l’avenir et à la façon d’assurer votre sécurité financière à long terme. Renseignez-vous sur d’éventuels programmes de contribution de contrepartie pour les régimes de pensions et d’épargne-retraite. Bien que les pensions soient quelque peu rares de nos jours, de nombreuses entreprises offrent d’ajouter à votre REER un montant équivalant à 50 % ou même 100 % de votre propre contribution.

6. le télétravail

Vous détestez le voyagement ? Vous pensez pouvoir en faire plus dans le confort de votre foyer ? Demandez à votre éventuel employeur de vous permettre de travailler de la maison. À temps plein, à temps partiel ou occasionnellement, selon vos besoins et votre type d’emploi. Commencez par une journée de travail à domicile par semaine pour essayer. Si tout se passe bien, votre employeur acceptera peut-être de vous en accorder davantage.

7. les options d’achat d’actions

Une autre compensation financière intéressante consiste à souscrire des options d’achat d’actions. Si votre employeur est une société cotée en bourse, il pourrait vous proposer des actions de l’entreprise ou un régime de souscription d’actions doublées (qui vous permet d’obtenir un nombre d’actions égal à celui que vous avez souscrit) dans le cadre de votre rémunération.

8. les frais de relogement

Vous devez déménager pour accepter un nouvel emploi dans une ville différente ? Renseignez-vous sur les frais de relogement lors de la négociation de votre offre d’emploi. De nombreuses entreprises accordent un montant afin de vous aider à trouver une nouvelle maison et à déménager vos effets personnels vers un nouveau domicile. 

9. le perfectionnement continu

Poursuivre votre perfectionnement et mettre constamment à jour vos compétences est essentiel pour progresser dans votre carrière. Renseignez-vous sur les indemnités et programmes de perfectionnement professionnel au moment de négocier votre offre d’emploi. Informez-vous sur la possibilité d’obtenir un budget pour poursuivre vos études, et sur les possibilités de formation à l’interne. Si vous êtes un nouveau diplômé, l’employeur pourrait consentir à rembourser vos frais de scolarité, en fonction de l’industrie dans laquelle vous travaillez.

10. un meilleur titre

Si on vous propose un emploi, mais que vous trouvez que le titre ne reflète pas votre niveau d’expérience ou vos responsabilités, demandez à le changer. Les titres d’emploi sont plutôt subjectifs et peuvent porter à interprétation. Alors, il n’y a pas de mal à préférer un titre supérieur ou différent. Les employeurs sont généralement disposés à le faire, car cela ne leur coûte absolument rien.

11. les frais de garde d’enfants

Plusieurs entreprises acceptent de payer une partie ou la totalité de vos frais de garde d’enfants et de garderie. Certains employeurs offrent même des services de garde sur place auxquels vous pouvez accéder gratuitement ou à un tarif largement subventionné. Si vous avez de jeunes enfants, demandez si l’entreprise propose ce type de programmes dans le cadre de votre rémunération.

12. le remboursement de vos dépenses

De nombreux emplois obligent les employés à payer certaines dépenses de leur poche ou à utiliser des appareils personnels. Vous pouvez souvent négocier le remboursement de vos frais pour le transport quotidien, les déplacements, le téléphone, le portable, les repas, le divertissement des clients et de nombreuses autres dépenses nécessaires pour faire votre travail. L’entreprise fournit parfois elle-même la voiture ou le téléphone que vous pouvez utiliser gratuitement tant que vous êtes à son emploi.

 

Une offre d’emploi, ça se négocie. Soyez prêt et disposé à négocier les conditions liées à votre offre d’emploi. Sinon, vous pourriez passer à côté d’une compensation financière, d’une flexibilité, et de bien d’autres avantages.

maintenant que vous savez tout ce que vous pouvez demander de plus, évaluez le montant de votre salaire de base.

essayer notre calculateur de salaire
balises salaire