restez aux aguets, milléniaux : la génération z arrive en ville

Le marché du travail accueille des individus appartenant à une génération qu’elle ne connaissait pas jusqu’ici. Les derniers nés de la génération des milléniaux (déjà  âgés dans la vingtaine), voient  donc la génération Z arriver sur ce marché tout en bousculant quelques aspects de celui-ci.

Notons que les baby-boomers, la génération X, la génération Y et la génération Z représentent simultanément une bonne partie de la population active. C’est d’ailleurs une première dans l’histoire : 4 générations réunies en même temps sur le marché du travail. Avec l’entrée de la génération Z au travail, il est venu le temps de faire plus ample connaissance avec celle-ci et de savoir par quels aspects elle se distingue des milléniaux. Voici des faits à connaître sur cette fameuse génération !

ce qu’il faut savoir sur les travailleurs de la génération Z

technophile comme critère commun

La génération Z a grandi avec une tablette et un accès Internet soudés à la main. Contrairement aux milléniaux, ayant été mis en relation avec la technologie à l’adolescence ou à l’âge adulte, la génération Z n’a pas connu la vie sans connexion réseau. Leurs premiers pas, ils les ont faits dans un monde hautement numérique, d’où sa grande connaissance des astuces et raccourcis pour optimiser le temps de consultation sur la Toile. Pour cette raison, ils adoptent très tôt les tendances et valorisent peu (ou pas) la télé par câble et la radio, donnant tout crédit à YouTube et autres chaînes en streaming). Amis des bloqueurs de publicité, ils parlent couramment la langue des émojis, sont à l’affût de ce qui a la cote ou non sur le grand Web.

soudés à leurs devises

La génération Z est celle qui passe le plus de temps sur un téléphone intelligent — même plus que celle des milléniaux, qui emporte pourtant généralement la palme de la génération la plus dépendante du téléphone intelligent.

Selon une étude, la génération Z passe en moyenne 15,4 heures sur son téléphone, contre 14,8 heures chez les milléniaux. Si vous avez encore des doutes sur la dépendance numérique de cette génération, voici une donnée qui saura vous convaincre : 40 % de celle-ci a déclaré qu’une connexion Wi-Fi robuste leur était plus importante que des toilettes fonctionnelles dans le cadre de leur recherche d’un nouveau travail (rien de moins).

un amour pour les gadgets et les produits

Contrairement aux milléniaux, connus pour favoriser l’expérience plutôt que l’étiquette ( les voyages avant le matériel, la bonne bouffe avant la voiture), la génération Z, elle, se consacre exclusivement aux biens matériels. Ici, la possession de produits ludiques dépasse toute notion d’expérience. Il est donc évident que, pour eux, une sécurité quant aux biens matériels est une vraie priorité, particulièrement en ce qui a trait aux gadgets technologiques.

Avoir les plus récents joujoux techno est un facteur notoire pour eux. Ils sont donc plus susceptibles d’obtenir le tout dernier modèle du téléphone intelligent en vogue, ou d’essayer la toute nouvelle technologie qui fait vibrer le marché. Il va sans dire qu’ils adoptent et usent des fonctionnalités comme l’assistance vocale, l’Internet des objets et les appareils à réalité simulée, question de s'immerger pleinement dans l'expérience numérique que leur offrent ces gadgets.

pragmatique, cette génération Z

Première génération à devenir majeure après les événements du 11 septembre et suite à la grande récession, leur vision du monde est influencée par de grands événements. Les membres visés par cette strate de la société ont grandi à une époque où l’argent se voulait rare et où parents et adultes intervenants gravitant dans leur environnement vivaient des contrecoups financiers. Ils sont donc nettement plus réticents à prendre des risques.

Une des observations de ce phénomène est que ces jeunes ont une vision culturelle plus traditionnelle que la génération Y - arrivée à maturité vers les années 2000, donc grandement encouragée à réaliser ses rêves sur des chemins non traditionnels. À cet effet, on constate que la génération Z se concentre davantage sur l’obtention d’emplois traditionnels stables, comme les postes de bureau (36 % des membres de cette génération ont déclaré anticiper fortement ce type d'emploi pour leur carrière).

C’est bien connu que les milléniaux ont, pour leur part, rejeté majoritairement le travail de 9 à 5, « cloitré dans un bureau », comme le laisse entendre leur jargon générationnel. Ils jugent ce type d’occupation ennuyeux ou prévisible, et privilégient des environnements de travail leur permettant de travailler à domicile, de respecter des horaires flexibles, de porter des vêtements décontractés et de voyager plus souvent.

ils prônent la diversité

Leur esprit plus traditionnel ne fait toutefois pas de cette génération un troupeau de moutons : en réalité, la génération Z demeure la plus diversifiée de l’histoire sur le plan racial et culturel. Selon le Pew Research Center, près de la moitié (48 %) des membres de cette génération est d’origine autre que caucasienne. Si l’on compare, on note la même chose pour 44 % des milléniaux, 30 % de la génération X, et finalement, 18 % des baby-boomers. Il est donc naturel de penser que, pour la première fois de l’histoire, les Caucasiens seront en minorité dans la génération suivante.

L’augmentation de la diversité ethnique chez les jeunes générations symbolise la normalisation des ethnies : promesse d’une vision du monde ouverte et une éthique de travail où l’égalité fait loi.

indépendants et orientés sur l’objectif

La génération Z, on la reconnaîtra comme celle qui souhaite changer le monde et faire sa marque avec une indépendance stupéfiante. Bien que les milléniaux se soient plutôt concentrés sur le mentorat et l’apprentissage de leurs prédécesseurs, les jeunes de la génération silencieuse semblent vouloir tracer leur propre chemin en milieu de travail, surtout lorsqu’il s’agit du développement de leur carrière. Axés sur un ou plusieurs objectifs, plus le chemin est court et clair ; plus ils sont motivés à atteindre leurs buts.

ils sont bien éduqués

C’est aussi dans le volet de l’éducation qu’ils suivent une voie traditionnelle : les membres de la Gén Z seraient d’ailleurs les plus instruits de l’histoire ! Ils croient avec véhémence aux études postsecondaires et pensent que l’éducation est la clé d’un emploi stable et bien rémunéré. 59 % des membres de la génération Z ont complété des études post secondaires (ou sont sur le point d’obtenir leur diplôme), contre 53 % chez la génération Y et 44 % chez la génération X.

ils valorisent le facteur vie privée

Il peut paraître contre-intuitif de le croire, compte tenu de leur amour bien connu pour les médias sociaux, n'est-ce pas ? C’est plutôt les milléniaux qui, ayant évolué avec une approche plus transparente sur les médias sociaux, diffusent le plus d’informations de leur vie privée sur ces plateformes. La génération Z s’est tournée vers les médias sociaux en mode circuit fermé. Ce n’est pas pour rien que Snapchat et Instagram sont leurs plateformes préférées : leurs diffusions circulent dans un cercle restreint, et disparaissent après un certain laps de temps. En général, la génération Z est nettement plus sélective sur l’endroit et la manière dont elle publie ses informations en ligne.

vous aimeriez en savoir plus sur la façon de créer un lieu de travail convenable pour plusieurs générations ?

en savoir plus