recrutement dans le secteur de la fabrication : défis et opportunités.

Le secteur de la fabrication, comme tous les autres secteurs, a subi les contrecoups de la pandémie de la COVID-19. La hausse record du chômage est, entre autres choses, l’une des nombreuses conséquences de cette crise. L’économie canadienne n’échappe pas à cette tendance. Au plus fort de la crise, trois millions de Canadiens se sont retrouvés sans emploi et la majorité de ces mises à pied provenaient du secteur de la fabrication.

Bien que le nombre de personnes en recherche d’emploi ait augmenté, la pénurie de main-d'œuvre qualifiée constitue toujours un défi pour les fabricants en raison des écarts toujours présents entre les compétences nécessaires aux entreprises et celles des travailleurs disponibles sur le marché. Les entreprises peinent à trouver des cols bleus qualifiés pour occuper des postes de plus en plus techniques et exigeants, alors que de moins en moins de gens choisissent de poursuivre des études et de suivre des formations dans des secteurs comme celui de la fabrication.

Plusieurs tendances participent à creuser cet écart de compétences. Parmi celles-ci figurent une main-d'œuvre vieillissante ou près de la retraite, l’impact de la robotisation et le manque de main-d'œuvre. Voici quelques-uns des plus grands défis de recrutement auxquels les fabricants doivent faire face à l’heure actuelle et quelques astuces pour les relever.

défis que les fabricants doivent relever pour recruter des candidats qualifiés

  • perception négative du secteur de la fabrication

Pour plusieurs, travailler dans le secteur de la fabrication n’est pas une idée séduisante. Il est peut-être encore plus préoccupant de constater que les jeunes employés potentiels perçoivent le secteur de la fabrication comme ennuyeux, dépassé et peu créatif. Dans un sondage réalisé par Deloitte, 45 % des répondants ont mentionné « la perception négative du secteur de la fabrication » parmi les causes expliquant les estimations de postes à combler. Il s’agit d’un constat difficile pour les gestionnaires RH du secteur.

Si vous êtes une femme, le secteur pourrait vous paraître encore moins attrayant puisqu’il s’agit encore d’un secteur à forte prédominance masculine. Une étude mondiale réalisée par le Forum économique mondial révèle que les femmes représentent seulement 20 % du personnel de fabrication et de production.

Les conséquences économiques potentielles de cette situation sont énormes puisque les pertes de productivité attribuables aux postes vacants pourraient atteindre jusqu’à 2,5 billions $ d’ici 2028. Les entreprises doivent collaborer avec les organisations du secteur pour augmenter leur pouvoir attractif auprès des femmes et des jeunes.

Comment le secteur peut-il donc attirer les jeunes qui représentent l’avenir de l’industrie de la fabrication? Pour cette génération plus jeune, l’inclusivité et la conscience environnementale et sociale sont beaucoup plus importantes qu’elles ne l’étaient pour les générations précédentes. La façon dont l’entreprise présente ses activités, ses valeurs et ses employés doit pouvoir interpeller cette génération.

En outre, un apprentissage permettant aux jeunes d’acquérir des compétences et de l’expérience par de la formation en cours de tâche et des séances locales de formation spécialisée dans leur domaine constitue une bonne façon de leur offrir un cheminement de carrière dans le secteur de la fabrication. Néanmoins, pour recruter les jeunes les plus talentueux, la réputation du secteur doit être restaurée.

Une étude réalisée en 2015 a démontré qu’au cours des 144 dernières années, la technologie a créé plus d’emplois qu’elle n’en a éliminés.

  • la menace de l’automatisation et de la robotisation

La peur que les nouvelles technologies diminuent le nombre d’emplois disponibles a toujours été présente. En réalité, les nouvelles technologies créent souvent de nouvelles opportunités. Une étude réalisée en 2015 a démontré qu’au cours des 144 dernières années, la technologie a créé plus d’emplois qu’elle n’en a éliminés.

Utilisée à bon escient, l’automatisation peut avoir un impact positif sur la productivité, le degré d’engagement des employés et la valeur proposée au client. La société Amazon illustre bien comment une entreprise peut se servir de l’automatisation pour organiser les entrepôts et expédier rapidement des marchandises pendant les périodes de pointe, tout en réduisant le temps nécessaire pour former les employés.

L’utilisation de l’automatisation et de la robotisation devrait se trouver au cœur de la modernisation de l’image du secteur de la fabrication. Dans l’avenir, les types de poste à pourvoir devraient changer et exiger des compétences différentes au fur et à mesure que la technologie avance.

  • une main-d'œuvre plus âgée et près de la retraite

Selon StatCan, près de 30 % des travailleurs du secteur de la fabrication au Canada ont plus de 55 ans. Vous n’êtes probablement pas sans savoir que l’une des raisons pour laquelle ce secteur est confronté à une pénurie de travailleurs est le grand nombre de gens qui ont pris leur retraite récemment ou qui approchent de l’âge de la retraite. Les travailleurs plus âgés devraient être considérés comme une richesse. Ils possèdent de nombreuses compétences et connaissances, de même qu’une grande expérience à transmettre aux employés plus jeunes. 

Il est important de tirer le meilleur parti possible de la main-d'œuvre vieillissante et de limiter au maximum les pertes liées au savoir-faire et aux connaissances de ces travailleurs au moment de leur retraite. Dans notre guide, (lien vers 8 étapes à l’intention des fabricants pour combler les déficits de main-d'œuvre qualifiée), vous apprendrez comment BMW a su améliorer sa productivité de 7 % en adoptant des mesures clés pour s’adapter au vieillissement de sa main-d'œuvre.

télécharger

le guide de Randstad pour lutter contre la pénurie de talents dans le secteur de la fabrication.

télécharger
  • changements politiques et socio-économiques

La crise de la COVID-19 est l’un des plus grands obstacles que le secteur de la fabrication a dû surmonter ces dernières années. La pandémie a forcé les entreprises à trouver de nouvelles façons de travailler pour répondre à la demande et poursuivre leurs activités. Elles ont aussi dû faire face à des défis RH sans précédents tout en essayant de protéger leur personnel du virus. Les déficits de main-d'œuvre créés par des mises à pied inévitables et des absences pour cause de maladie ont exigé d’adopter une nouvelle approche de recrutement facilitée par l’augmentation de la main-d'œuvre externe disponible, source de talent précieuse pour bon nombre d’entreprises.

Les changements politiques continuent d’avoir un impact considérable sur le secteur de la fabrication. Le resserrement des contrôles aux frontières et les restrictions de voyage adoptés à la suite d’événements tels que le Brexit et la COVID-19, pourraient aussi restreindre les possibilités de recruter à l’étranger.

Le moins grand nombre de travailleurs qualifiés peut présenter un réel défi pour les gestionnaires RH. Dans l’élaboration d’une nouvelle stratégie de recrutement, il est important d’envisager comment vous pourriez être plus novateur, surtout en ce qui a trait aux travailleurs occasionnels.

  • le besoin de perfectionnement chez les fabricants

La mise à niveau des compétences de vos employés est essentielle pour pallier le déficit de main-d'œuvre qualifiée. Selon une étude réalisée au sein du secteur de la fabrication, 29 % des travailleurs croient que leurs compétences sont obsolètes ou le seront au cours des deux prochaines années, tandis que 38 % croient que ce sera le cas au cours des 4 à 5 prochaines années.

Pourtant, la plupart des fabricants ne sont pas à jour ou n’investissent pas en formation pour favoriser la rétention des employés. En effet, un sondage récent a démontré que seulement 36 % des fabricants allouent un budget au perfectionnement des employés malgré le fait que 2 entreprises sur 5 présentent un roulement de personnel annuel d’au moins 20 %.

Que pouvez-vous faire pour relever ces défis?

Il est essentiel d’optimiser votre bassin de main-d'œuvre flexible. En élaborant une stratégie visant à profiter au maximum de la main-d'œuvre flexible et occasionnelle, vous aurez du contrôle sur les facteurs que vous pouvez influencer et positionnerez votre entreprise au mieux pour l’avenir. Tant de travailleurs du secteur de la fabrication croient que leurs compétences seront obsolètes au cours des 5 prochaines années qu’il est critique de pallier le déficit de main-d'œuvre qualifiée.

 

pour en savoir plus, lire le guide de Randstad pour lutter contre la pénurie de talents dans le secteur de la fabrication.