comment répondre aux questions d’entrevue du genre « racontez-moi une fois où… »

Si vous avez déjà participé à une entrevue d’emploi, on vous a probablement posé quelques questions du genre « racontez-moi une fois où ».  Ces questions sont indissociables des entrevues et en font partie depuis des décennies. En fait, elles sont si fréquentes, qu’on leur a donné un nom : questions d’entrevue comportementales. Il peut être difficile d’y répondre, parce qu’il n’y a pas une seule ‘bonne’ réponse. Ces questions vous obligent à raconter une histoire et vous n’avez aucune façon de savoir ce que votre intervieweur recherche précisément dans cette histoire. Si vous n’êtes pas un raconteur né, vous pourriez avoir passablement de difficulté à vous en sortir.

répondre aux questions d'entrevue

Voici quelques trucs et conseils qui vous aideront à répondre à ce genre de questions qu’on risque de vous poser lors d’une entrevue d’emploi.

réfléchissez-y d’avance

Une des étapes les plus difficiles lorsque vous devez répondre à une telle question consiste à donner un exemple du tac au tac. Si vous réfléchissez au processus avant l’entrevue, vous n’aurez aucune difficulté à répondre à ces questions le moment venu. Vous ignorez par où commencer? Voici quelques catégories de questions qu’on vous posera maintes et maintes fois – la formulation peut varier, mais la plupart des questions du genre « racontez-moi une fois où… » appartiennent à une de ces catégories. Asseyez-vous et réfléchissez à quelques exemples pour chacune des catégories.

  • un exemple de faute ou d’erreur que vous avez commise
  • une réalisation dont vous êtes fier
  • un cas où vous avez donné suite à des commentaires
  • un désaccord ou un conflit avec un collègue
  • un cas où vous avez résolu un problème ou relevé un défi
  • un cas où vous avez démontré vos qualités de chef

préparez un répertoire d’histoires

Si cela vous semble être un travail énorme, vous avez raison! Vous allez devoir consacrer un certain temps pour rassembler vos idées et choisir les meilleurs exemples que vous allez conserver dans votre répertoire, mais nous vous promettons que le jeu en vaut la chandelle. Lorsqu’on vous posera une de ces questions au cours de votre prochaine entrevue, vous y répondrez comme un pro. Essayez de préparer au moins deux exemples dans chacune des catégories énoncées ci-dessous. Vous aurez ainsi un choix, tout dépendant de ce que vous croyez que l’intervieweur désire entendre.

vos questions doivent être brèves et directes

Même si vous souhaitez raconter une histoire, assurez-vous qu’elle est brève. S’il vous faut plus d’une minute pour transmettre vos idées, vous risquez de perdre l’intérêt de votre intervieweur. Évitez de divaguer et de vous écarter du sujet. Limitez-vous à raconter une histoire qui va droit au but pour répondre à la question directement. Si vous n’êtes pas vraiment doué pour la narration, ne vous en faites pas! Il s’agit d’une technique que vous pourrez acquérir avec un peu de pratique. La méthode STAR est éprouvée et représente la façon idéale de bien structurer une histoire simple. Chaque section doit comporter une phrase ou deux. Voici comment elle fonctionne :

Situation – Expliquez le contexte et l’endroit.
Tâche – Expliquez votre rôle.
Action – Expliquez ce que vous avez fait.
Résultat – Décrivez le résultat final

notez les points dont vous devez vous souvenir

La majorité des gens (qu’on estime environ à 65 % de la population) sont visuels, ce qui signifie qu’ils apprennent les choses et s’en souviennent lorsqu’ils sont physiquement capables de voir les mots devant leurs yeux. Si vous appartenez à cette catégorie, notez les points que vous souhaitez aborder dans chacune de vos réponses, ce qui vous aidera à structurer vos pensées et à vous souvenir des principaux points que vous aborderez.

ne mémorisez pas un texte

Nous vous recommandons de tenir une liste des points en lien avec chaque histoire plutôt que de rédiger vos exemples de manière détaillée en prévoyant le moindre des mots que vous allez prononcer. Vous aurez l’air peu naturel si vous planifiez votre texte mot à mot. Personne ne veut vous entendre réciter un texte que vous avez appris par cœur. Cela manque d’authenticité (alors que la plupart des gestionnaires de l’embauche apprécient généralement les gens authentiques!) et n’importe quel intervieweur vous trouvera ennuyant. Vous pourriez également perdre le fil de votre réponse si vous sortez du sujet ou si vous oubliez une de vos lignes. Essayez plutôt de paraphraser votre histoire tout en continuant d’aborder les principaux points que vous avez définis. Vous aurez ainsi l’air plus naturel!

soyez attentif aux indices que vous donne votre intervieweur

Le bon interviewé parle d’autres choses que de lui-même. Une bonne capacité d’écoute fait partie des compétences inestimables qu’on recherche lors d’une entrevue d’emploi. Aiguisez vos oreilles afin de détecter les indices qui révèlent ce que votre intervieweur recherche chez le candidat idéal. A-t-il hoché de la tête lorsqu’est venu le temps de parler de collaboration? Vous devriez peut-être vous concentrer sur les histoires qui témoignent de votre capacité d’apporter une contribution efficace au sein d’une équipe. L’intervieweur a-t-il posé plusieurs questions sur un logiciel spécifique que vous avez dit que vous utilisez? Essayez de raconter une histoire autour de ce logiciel.

terminez toujours sur une note positive

Lorsqu’un intervieweur pose une question qui est essentiellement négative… par exemple, ‘parlez-moi d’un cas où vous avez commis une erreur’, il peut être difficile de répondre honnêtement et de manière à ne pas vous faire mal paraître. Dans un tel cas, dites la vérité de façon raisonnable.  Vous n’allez évidemment pas reconnaître avoir posé un geste illégal ou capable de compromettre une éventuelle offre d'emploi (par exemple, si vous dites que vous arrivez en retard au travail tous les jours), mais soyez honnête envers vous-même et votre intervieweur lorsqu’il s’agit de vos faiblesses sur le plan professionnel.

Supposons, par exemple, que votre erreur consiste dans ce que vous acceptez trop de travail et êtes incapable de dire ‘non’. La façon de présenter cette réponse de manière positive consiste à terminer votre histoire en expliquant ce que vous avez fait pour corriger un tel comportement. Par exemple, « depuis ce temps, j’ai intégré un outil de gestion des tâches à ma routine, de sorte que je sais précisément ce que j’ai à faire et si j’ai le temps d’entreprendre de nouveaux projets. Je parviens à prendre des décisions mieux informées sur la façon dont je consacre mon temps, dont je communique et dont je gère mes attentes à l'endroit de mes collègues. ». Une histoire potentiellement négative se transforme alors en une expérience d’apprentissage positive tout en ayant l’air authentique.

Vous aimeriez obtenir davantage d’aide en prévision de vos entrevues? Nous avons rédigé sur le sujet d’autres articles qui vous seront utiles :

Bonne chance lors de votre prochaine entrevue d’emploi! 

curieux de connaître plus d'astuces comme celles-ci ? recevez nos meilleurs conseils grâce à notre infolettre !

m'abonner maintenant