les tendances du marché de l’emploi dans le contexte post covid.

Depuis que les gouvernements provinciaux ont levé progressivement les restrictions liées à la COVID-19, un grand nombre de chômeurs canadiens ont commencé à chercher du travail. Et la réalité à laquelle ils sont confrontés peut être différente du marché du travail pré-pandémie.

Afin d’évoluer au mieux dans ce nouvel environnement, il est nécessaire de se familiariser avec ses caractéristiques.

guide pour aider les employeurs à gérer l’après-COVID-19

vous cherchez des informations sur les outils les plus efficaces pour combler vos postes rapidement ?

consulter notre guide pour vous accompagner

explosion du chômage

Au début de l'année, le taux de chômage au Canada était autour de 5,5 %, proche d'un niveau record.  Pendant toute l'année 2019, il s’est maintenu sous la barre des 6 %. Jusqu’à ce que la pandémie frappe le Canada en mars, nous naviguions depuis quelques années dans un marché de demandeurs d'emploi. La pénurie de talents était telle point qu’on prévoyait même encore manquer de main-d'œuvre pendant une dizaine d'années. Mais la COVID-19 est passée par là.

3 millions d’emplois ont été perdus en mars et avril. En mai, le taux de chômage au Canada a atteint 13,7 %, son niveau le plus haut en plus de quatre décennies de données comparables. C’est presque 2,5 fois celui du début d’année. 

secteur des services plus affecté que celui des biens de consommation

Les répercussions de la crise se sont révélées très différente d’un secteur d’activités à un autre. Le secteur des services et particulièrement l’industrie du voyage, de l'hôtellerie et des loisirs a été très fortement touché par la crise. Les compagnies aériennes ont ainsi licencié des milliers de personnes. Du côté de la restauration, on a assisté à un grand nombre de mises à pied, jusqu’à ce que ce secteur d’activités puisse réouvrir.

D’un autre côté, la fermeture des restaurants a entraîné une augmentation de la consommation des biens. Au début de la pandémie, les grands détaillants comme Walmart Canada et Dollarama ont annoncé des plans pour accélérer l'embauche afin de répondre à la forte demande des consommateurs qui faisaient des provisions de nourriture et d'autres produits essentiels. Dollarama continue à embaucher dans tout le Canada à mesure que son réseau de magasins s'étend. 

des métiers essentiels particulièrement en demande

Certains métiers peu considérés dans un contexte normal ont gagné en reconnaissance et en demande, grâce à leur caractère essentiel en période de crise. C’est le cas notamment des métiers des soins de la santé, et particulièrement les préposés aux bénéficiaires dont on a beaucoup parlé. Avec le besoin criant de main d’oeuvre pour cette profession, des formations accélérées ont même été développées.

Les postes de service à la clientèle dans les magasins, épiceries et pharmacies ont été eux aussi soumis à une très forte demande, tout comme le personnel de nettoyage et de maintenance indispensables pour les entreprises cherchant à renforcer leurs mesures de propreté et d'hygiène.

une reprise très lente et inégale selon les secteurs d’activités

Selon une étude publiée par Deloitte, malgré des chiffres qui laissent présager une forte relance économique, il faudrait en effet atteindre 6 trimestres avant que l’économie ne retrouve son niveau d’avant la crise, ce qui nous amène à fin 2021 voire début 2022. Selon cette même étude, en raison de la chute massive de l'activité économique, la reprise sera très lente.

Certains secteurs, cependant, rebondiront plus rapidement que d'autres. Les services directement liés à la pandémie, tels que les soins de santé et l'administration publique, vont probablement se redresser rapidement et la demande augmentera à mesure que la pandémie progressera. En revanche, les secteurs qui mettront le plus de temps à se rétablir sont surement les industries non essentielles, comme les loisirs et les divertissements, les gens passant plus de temps à la maison, et la fabrication de biens durables (comme les voitures), car les gens risquent de reporter les achats importants en période d’incertitude.

l’impact des programmes gouvernementaux 

Les programmes gouvernementaux comme la PCU et les aides pour les étudiants posent de réels défis dans certains secteurs d’activités. Ainsi. la pénurie de main d’oeuvre dans des postes non spécialisés dans le tourisme, la restauration, les loisirs se fait déjà de nouveau ressentir. En effet, certains travailleurs préfèrent bénéficier de ces aides plutôt que de retourner sur le marché du travail, ce qui peut causer bien des maux de tête aux entreprises qui cherchent désespérément des moyens et des incitatifs pour les attirer. 

La situation est légèrement différente pour les postes plus spécialisés. Avec le grand nombre de personnes qui se sont retrouvées au chômage, les entreprises ont accès à un vaste bassin de talents disponibles sur le marché. Cependant, l’augmentation du travail à distance change la donne, car les chercheurs d’emploi vont désormais élargir leur recherche d’emploi à des secteurs plus éloignés, la distance n’étant plus vraiment un facteur contraignant.

main d’oeuvre temporaire et postes permanents 

Les entreprises ont vu leurs revenus baisser considérablement, certaines ayant dû fermer leurs portes pendant plusieurs semaines. 

Dans un contexte de réduction budgétaire, on pourrait penser assister à un accroissement de la main d’oeuvre temporaire. C’est en fait partiellement le cas. En effet, les différents programmes gouvernementaux qui s’adressent aux entreprises (comme la PCU notamment) ont un impact important sur la reprise du marché de l’emploi en général et sur le type de postes à combler. On observe ainsi différentes situations:

  • Dans les PME qui bénéficient de ces programmes, on préfère proposer des postes permanents pour attirer les candidats, d’autant plus que les subventions accordées sont très intéressantes pour ce genre de postes.
  • Dans les plus grandes organisations où la situation peut être différente et en raison des nombreuses incertitudes qui subsistent, on continue de proposer des postes temporaires pour combler des missions particulières, des besoins saisonniers ou variables.

Avec un marché de l’emploi qui présentent des défis particuliers, les employeurs doivent être en mesure de se réinventer, mettre de l’avant leur marque employeur et maîtriser au mieux les différentes stratégies de recrutement pour être en mesure d’attirer les meilleurs talents disponibles sur le marché.

vous cherchez des informations sur les outils les plus efficaces pour combler vos postes rapidement ?

consulter notre guide pour vous accompagner