comment reconnaître les inégalités qui affectent l’avancement des femmes.

À une époque où l’acquisition de personnel qualifié est peut-être plus difficile que jamais, il semble logique que les employeurs commencent à donner la priorité au maintien en fonction des employés et à l’avancement de carrière en interne. La bonne nouvelle pour ces employeurs est que notre récente enquête auprès de 1.000 Canadiennes employées révèle que près de 7 sur 10 de ces femmes comptent rester chez leur employeur pendant trois autres années de plus.

Bien que ces statistiques puissent paraître attrayantes en surface, notre étude révèle également que seulement la moitié de ces femmes se sentent motivées à passer à la prochaine étape dans leur carrière chez leur employeur actuel. Cela porte donc à se demander si ces 7 femmes sur 10 resteraient vraiment chez leur employeur si une meilleure offre d’avancement de carrière se présentait.

Si les employeurs désirent réellement motiver les femmes à rester et à développer leurs carrières dans la compagnie, ils doivent reconnaître les femmes pour leur travail.

La reconnaissance de l’employé est souvent liée à plus de rendement, à une meilleure qualité du travail et à des taux plus élevés de maintien en fonction. En fait, les études montrent que 69% des travailleurs ont plus tendance à rester chez un employeur qui offre reconnaissance et récompenses.

Mais étant donné que la plupart des employeurs au Canada offrent déjà un type quelconque de programme de reconnaissance des employés, la question doit être posée, 'Pourquoi ces programmes de reconnaissance n’apportent pas les résultats recherchés par les employeurs?' Pour répondre à cette question, nous devons regarder de plus près les perceptions des femmes dans le monde du travail.

l’iniquité entre les genres dans le monde du travail

Le premier défi que confrontent les employeurs en ce qui concerne la reconnaissance des employés est l’iniquité entre les genres dans le monde du travail. Près de 4 femmes sur 10 pensent devoir travailler plus dur que les hommes remplissant le même rôle afin d’obtenir le même niveau de reconnaissance.

Le pire, 20% des femmes ne comptent pas non plus sur leur employeur pour une attitude juste et sans préjugés envers tous les employés, et 19% pensent que les autres personnes remplissant des rôles similaires reçoivent des salaires plus élevés qu'elles.

Soyons réalistes ; aucun employé ne devrait se sentir obligé de travailler plus dur que d’autres simplement pour être reconnu pour la valeur qu’il apporte à la compagnie.

Les employeurs doivent faire mieux dans l’offre de reconnaissance équitable à travers l’organisation s’ils espèrent instaurer la confiance des travailleuses. La réalité est que sans cette confiance, les employeurs peuvent éprouver de la difficulté à garder ces travailleurs se préparant à faire avancer leur carrière.

la reconnaissance des femmes de couleur et des femmes plus jeunes

D’après notre enquête, les femmes de couleur et les femmes plus jeunes sont de façon disproportionnée découragées dans le monde du travail. Premièrement, 45% des femmes de couleur pensent devoir travailler plus dur que les hommes pour être reconnues, par rapport à seulement 35% des femmes qui ne sont pas de couleur. Les femmes plus jeunes du monde du travail sentent également cette demande de travailler plus dur, et près de la moitié des femmes âgées de 18 à 34 ans pensent qu'elles ne sont pas autant reconnues que leurs homologues masculins; en comparaison, un peu plus de 3 femmes âgées de 45 à 50 ans sur 10 pensent de même.

Deuxièmement, seulement 54% des femmes de couleur pensent que leur salaire est équitable par rapport à celui d’autres personnes remplissant des rôles similaires, en comparaison à 68% des femmes qui ne sont pas de couleur. Finalement, seulement 5 femmes de couleur sur 10 dans le monde du travail comptent sur leurs employeurs pour être juste envers tous les employés, en comparaison à 6 femmes qui ne sont pas de couleur sur 10.

Les employeurs doivent reconnaître les préjugés tant conscients qu’inconscients dans le monde du travail et prendre des mesures pour renforcer l’égalité afin que tous les employés, quels que soient leur âge, leur genre ou leur race, soient traités avec justice et également reconnus pour leurs contributions à la compagnie.

avancement et genre

Bien que les travailleuses reconnaissent clairement les préjugés et traitements injustes existant dans le monde du travail, la moitié des femmes que nous avons interrogées affirment que tout en sachant qu’avancer dans la compagnie pourrait être plus difficile dû à leur genre, elles comptent quand même rester chez leur employeur actuel. Seulement 30% des femmes que nous avons interrogées chercheraient un employeur plus engagé dans l’égalité dans le monde du travail.

À première vue, il peut sembler étrange que les femmes soient disposées à rester chez un employeur malgré le manque d'initiative pour l’établissement d’un monde du travail plus équitable.

Peut-être, les femmes de la population active comprennent-elles à quel point l’inégalité des genres se trouve prononcée dans la population active en général? Il est probable que ces femmes pensent qu’elles auront à faire face à de pareils défis où qu’elles travaillent.

Ce qui est remarquable dans les résultats de notre enquête, ce sont les raisons qui poussent 50% des travailleuses à rester chez leur employeur malgré les préjugés liés au genre gênant leurs opportunités d’avancement.

Nos recherches montrent qu’un tiers des travailleuses resteraient chez leur employeur actuel rien que pour prouver qu’elles sont tout autant qualifiées, ou plus qualifiées, que leurs homologues masculins. D'un autre côté, 1 sur 5 resteraient pour aider à apporter changement de politique et équité parmi le personnel.

Clairement, ces femmes veulent faire partie de la solution. Les employeurs devraient sauter sur l’opportunité d’apprendre de leurs travailleuses afin d’élaborer des politiques amenant un changement.

politiques d’avancement claires et transparentes

Les employeurs doivent créer des programmes structurés axés sur la justice et la transparence. Malheureusement, nos recherches montrent que ce niveau de clarté et de transparence n’est pas encore atteint.

La moitié des travailleuses au Canada pensent que les dirigeants de leur compagnie sont francs et transparents envers les travailleurs. Une sur cinq est en désaccord ou en désaccord total avec cette affirmation.

Ce manque de clarté et de transparence peut empêcher les femmes du monde du travail de profiter de différentes opportunités de développement et d'avancement de carrière offertes par la compagnie.

Par exemple, d’après notre enquête, seulement 1 travailleuse sur 4 comprend clairement les critères utilisés pour les promotions au sein de l’organisation. Près de 20% pensent que ces critères ne sont pas très clairs, et 17% n’ont aucune idée des unités de mesure utilisées par leurs employeurs pour décider d’une promotion.

Sans une claire compréhension des attentes de la compagnie, il serait presque impossible pour ces femmes de développer les compétences, talents et attributs nécessaires à l’avancement de leur carrière au sein de la compagnie.

Pour mettre à profit leurs programmes de reconnaissance d’employés et d’avancement de carrière, les employeurs doivent élaborer des politiques bien structurées et offrir clarté et transparence totales.

voulez-vous savoir comment les femmes transforment le monde du travail?

Apprenez-en davantage sur la lutte contre les difficultés et préjugés du monde du travail en lisant nos ressources supplémentaires dans la section Promouvoir les femmes sur notre site Web.

les femmes dans le monde du travail