7 façons de s'entendre avec tout le monde

Des gens difficiles, on en trouve partout. Et il semble que plus la frénésie et le stress s’installent autour de nous, plus les gens répliquent sur le même ton. Sachant que nous passons la majorité de nos heures d’éveil au travail, il est inévitable que nous croisions des gens qu’il faut traiter avec des gants blancs. C’est à nous de trouver des façons de traiter avec ces gens que nous aimerions mieux éviter pour réaliser notre travail sans sacrifier notre humeur.

bonnes relations au travail

soyez attentif aux différents types de personnalité

Les gens difficiles au travail ne sont pas tous du genre à donner des ordres en criant au point où vous vous empressez de vous réfugier sous votre bureau. Les gens peuvent être difficiles de différentes façons et à des intensités variables. Certains sont plus difficiles à identifier. Et certains peuvent ne pas paraître difficiles de prime abord – en fait, ils peuvent avoir l’air tout à fait inoffensifs – pendant plusieurs mois ou plusieurs années au cours desquels les problèmes banals font boule de neige jusqu’à devenir un problème majeur. Voici quelques exemples de personnalités difficiles que vous devez savoir reconnaître :

  • La commère qui parle de tout le monde et qui propage de l’information – véridique ou non – qui vient miner l’esprit d'équipe et susciter la méfiance. Ce type n’espère rien de moins que d’attirer les gens dans son piège. Rien ne lui plait autant que de partager les plus récents détails juteux, et ce, que ses collègues soient disposés à l’écouter ou non.

  • Le « control freak » qui fait comme son nom le dit. Il est incapable de déléguer et si on l’oblige à le faire, il n’abandonne jamais vraiment le contrôle et ne s’en remet jamais à l’autonomie des membres de son équipe. Les micro-gestionnaires sont les pires. Ils cherchent toujours à regarder par-dessus votre épaule et vous traitent comme un enfant qu’on doit surveiller attentivement plutôt que comme le professionnel chevronné que vous êtes.

  • Les plaignards et les braillards qui sont incapables de faire preuve de gentillesse. Ils croient toujours qu’on est sur leur dos. Ils voient toujours le verre à moitié vide. Malgré tout, ils n’arrivent pas à comprendre la raison pour laquelle les gens sont incapables de rester dans la même pièce dès qu’ils s’assoient ou pour laquelle on les choisit toujours en dernier pour participer aux projets.

  • Les employés du genre agressif et silencieux sont plus difficiles à repérer. Vous vous retrouvez en train de répondre à leurs moindres volontés sans avoir pu vous en rendre compte et sans être jamais certain de ce qu’ils veulent vraiment. Ils ne mentent pas, puisqu’ils se contentent de vous manipuler et ne vous disent jamais toute la vérité. Ils peuvent même avoir recours au sabotage lorsqu’ils sentent le besoin de miner la situation.

  • Les Joe Connaissants qui ont la réponse à tout et qui ne se trompent jamais. Peu importe de quoi il s’agit, ils vous imposent toujours leur façon de faire les choses. Lorsque survient une polémique, la version du Joe Connaissant est toujours la bonne. Il ne laissera personne le convaincre du contraire.

  • Le type qui réagit de manière excessive et qui exagère le moindre des écarts de conduite. Si vous arrivez quelques minutes en retard, il en fait tout un plat. Vous faites du bruit en mâchant votre gomme? Il ira se plaindre à votre gestionnaire. Ce type de personne fait des pieds et des mains pour trouver des raisons de se disputer, de se plaindre ou de rendre votre vie misérable au travail.

  • L’enragé est le genre de personnalité qu’on qualifie le plus souvent de difficile. Il a la mèche courte et se met facilement crier ou à faire des crises de colère si les choses ne fonctionnent pas à sa façon. Il arpente le bureau et vous fait savoir qu’il n’est pas heureux. Si vous posez un geste qu’il désapprouve, vous allez en entendre parler et tous vos collègues auront tôt fait de l’apprendre en raison du ton de voix qu’il n’hésitera pas à employer.

Par conséquent, comment pourriez-vous atténuer en partie le stress que provoquent ces collègues et trouver une façon de travailler en leur compagnie? Parce que, croyez-nous lorsque nous vous disons que vous devrez côtoyer de telles gens tôt ou tard. Considérez-vous chanceux si cela ne vous est pas encore arrivé!

1. ne réagissez pas sur le coup

La nature nous a donné la pulsion nécessaire afin de réagir immédiatement aux problèmes, habituellement en fuyant ou en nous battant. Lors des confrontations au travail, la pulsion du combat l’emporte habituellement. Notre réflexe de fuir ou de nous battre représente un moyen de nous protéger pour éviter que nous soyons dévorés par d’autres espèces agressives. Même si ces habitudes remontent à plusieurs millénaires, nous sommes encore programmés pour réagir à l’agression en ressentant les mêmes changements physiologiques, comme un mal de ventre, une augmentation du rythme cardiaque et ainsi de suite, ce qui nous indique que nous devons « affronter l’ennemi »!

On nous a peut-être programmés pour nous battre, mais nous avons bien évolué depuis ce temps. Nous sommes également dotés d’une logique et d’un raisonnement intellectuel, qui sont les outils dont nous avons besoin pour aller au-delà de notre première réaction automatique et essayer de trouver des solutions afin de résoudre la situation. Par conséquent, si vous sentez immédiatement l’envie de vous lever sur vos deux pieds, arrêtez. Comptez jusqu’à dix, respirez lentement et profondément et prenez le temps de réagir de manière réfléchie en laissant les émotions de côté.

2. ne vous en occupez pas

Si la situation ressemble plus à un agacement banal qu’à un véritable problème, vous faites mieux d’adopter un comportement zen et de l’ignorer. Faites preuve de sagesse. Il ne vaut pas la peine que vous tentiez d’empêcher un collègue de perdre les pédales pour une chose insignifiante. Vous n’êtes pas obligé d’imiter son tempérament et son angoisse ou de hausser le ton autant que lui pour provoquer ainsi une escalade des tensions. Plutôt que de vous engager dans une guerre où personne ne sortira gagnant, restez concentré sur vos objectifs et vos priorités ou éloignez-vous. Si vous pouviez vous réfugier dans une salle de réunion paisible ou enfiler vos écouteurs, ce serait pour le mieux. Pour reprendre un autre cliché… l’ignorance est un gage de bonheur. Fermez les yeux sur ce que vous pouvez. Soyez sélectif quant aux enjeux pour lesquels vous serez disposé à vous battre et ceux que vous pourrez vous permettre de laisser passer. Ce qui nous amène à…

3. choisissez vos combats

Choisissez vos combats, parce que vous ne pouvez les gagner tous. (Et si vous essayez, vous faites probablement partie de ces personnalités difficiles dont nous parlons!) Les professionnels savent lorsqu’ils doivent faire des compromis. Croyez-nous lorsque nous vous disons qu’il existe des moments dans votre carrière où vous devrez faire les deux pour avoir la paix. Vous devrez parfois laisser passer les petites choses afin de pouvoir concentrer votre énergie sur les questions qui sont vraiment importantes à vos yeux. Rappelez-vous le gars qui a crié au loup. Si vous faites toute une histoire des moindres choses que vous rencontrez, personne ne vous écoutera lorsqu’il faudra s’occuper d’un problème vraiment important.

4. rappelez-vous les points positifs  

Il arrive parfois, pour faire le travail, que vous deviez examiner la situation d’un angle différent. Rappelez-vous que tout le monde fait partie de l’équipe – même les plus insupportables. Voyez les différences dans vos personnalités comme un atout. Les gens différents possèdent des talents, des compétences et des méthodes de travail variés. C’est une bonne chose, tant que tous sont sur la même longueur d’onde en ce qui a trait au but ultime. La préparation joue un rôle important lorsqu’on doit recadrer et ultimement résoudre le conflit. Assurez-vous d’avoir une réponse toute prête face à la réaction ou au comportement qui suivra inévitablement. Et aussi difficile que cela puisse être, essayez de trouver au sujet de l’individu des points positifs dont vous vous souviendrez lorsque la situation deviendra vraiment difficile. La plupart des gens, et même les collègues les plus intraitables, possèdent habituellement des qualités. Après tout, il y a une raison pour laquelle on les a embauchés et ils sont toujours à l’emploi de l’entreprise!

5. ne le prenez par personnellement

C’est facile à dire, mais plus difficile à faire. Tout le monde pense que ce sont les autres qui ont un problème. Dans notre tête, nous avons raison et ce sont eux qui ont tort. Tout est noir ou blanc. Un point de vue de l’extérieur peut avoir un peu plus de gris. Il arrive souvent que ce qui provoque les gens difficiles et les pousse à réagir n’ait absolument rien à voir avec vous ou avec la situation au travail. Par conséquent, ne vous sentez pas visé.

Essayez de voir la situation de l’angle des travailleurs difficiles. (Une fois de plus, c’est plus difficile que vous ne le croyez!). Ont-ils récemment vécu une situation personnelle difficile qui les pousse à réagir? Il est fort probable que leur comportement n’ait rien à voir avec vous. Peu importe ce qui est arrivé, ils ont été touchés dans un endroit sensible dont ils ne connaissent même pas l’existence. Vous serez sûrement moins prompt à vous fâcher et à user de représailles si vous apprenez qu’un collègue qui crie tout le temps doit s’occuper d’un parent malade ou qu’il s’agit d’un parent qui élève seul un adolescent rebelle. Cela n’excuse en rien son comportement, mais il vaudrait la peine de le comprendre et de chercher une façon de s’entendre pour limiter ainsi le nombre de victimes.

6. agissez avec noblesse

À la fin de la journée, il y a vraiment peu de choses dans la vie que nous puissions contrôler. Nous pouvons cependant contrôler nos réactions, notre comportement et notre réponse face aux situations et aux gens. En répondant du tac au tac à un individu difficile, on lui donne du pouvoir, puisqu’on lui permet de changer ce que vous êtes. Méditez, pratiquez la respiration profonde et les jeux de rôles, arrêtez-vous – faites ce qu’il faut pour que vos réponses soient en harmonie avec votre vraie nature. Peu importe ce qui arrive, rappelez-vous l’image que vous désirez avoir de vous-même et agissez en conséquence.

7. si vous réagissez, faites-le de manière professionnelle

Si vous êtes aux prises avec un problème, il est crucial de l’évoquer convenablement. Il arrive souvent que les gens dotés d’une personnalité difficile soient peu réceptifs à ce qu’ils qualifient de critique. On doit cependant s’occuper des problèmes lorsqu’ils surviennent. Voici quelques points que vous ne pouvez tout simplement pas négliger, tel un employé qui met en péril la sécurité ou la santé mentale de ses collègues ou qui met l’entreprise en danger.

N’hésitez pas à soulever tout problème de comportement dans un contexte professionnel. Ne haussez pas la voix et ne dénigrez pas les employés en raison de leurs gestes. Décrivez simplement le problème et donnez les raisons qui justifient un changement, suivies des conséquences si la situation persiste. Présentez tous les faits calmement. Si vous le devez, parlez à un supérieur ou aux RH pour vous assurer que tout se fait dans les règles et que vous respectez à la lettre la politique de l’entreprise.

Les gens difficiles ne font pas que créer des champs de mines. Ils sont des champs de mines. Leur comportement perturbateur ralentit la productivité, compromet les échéances et influence l’engagement de leurs collègues dans la vie et au travail. Vous devez trouver des stratégies qui vous aideront à composer avec ce genre d’individus. On y verra non seulement votre aptitude à résoudre les problèmes, mais vous donnerez également le ton d’un comportement approprié et favorable au sein de votre service. On remarquera votre esprit d'équipe véritable et l’importance que vous accordez au succès.

vous voudriez en apprendre plus sur des sujets comme celui-ci ? abonnez-vous à notre infolettre hebdomadaire pour nos meilleurs conseils.

m'abonner maintenant